Février, Mars : retour sur les actions Bartass !

Nos adhérents qui oeuvrent pour le bien commun !…

3 journées au Désert de l’Écureuil … pour 5 voies ! 
12 février: Les 20 m les plus hauts : Facile ! Beau ! gratifiant ! Et l’ouverture des accès pédestres bien refermés par les ronces et les arbustes. 
9 mars : Les 10 m en dessous, secteur des vires bien terreux et herbeux, du vrai jardinage ! Fignolage des accès pédestres (on peut passer en bus…).
17 mars : Les 10 derniers mètres, enfin en partant du haut…Ceux qui sont sous les arbres donc bien moussus ! Et bien crépis par la terre du secteur des vires malgré le souffleur lors des séances précédentes. Merci la gravité !  Déjà qu’elle nous plombe quand on grimpe…
Un bon moment passé ensemble, utile pour la communauté des grimpeurs de niveau modeste.

A noter 100% de membres du groupe « escalade semaine » du CAFGO le 17 mars.
On a fait un peu de zèle avec Colette en nettoyant à droite de « assure-moi si tu peux » et découvert une possibilité que le maître des lieux s’est empressé de transformer en une ligne supplémentaire en 5C !  Patrick.

Merci à Caroline, Colette, Thierry, Alain, Boris, Bruno, Patrick, Camille et Hervé (Et Patrick pour l’organisation !)

Les Bartass en force au 49.3, Espace Comboire !

Une de plus pendant ce confinement de printemps !
Profitant de la dynamique ds dernières sorties, nous avons enfin finalisé l’accès direct et le pied des voies du secteur de droite du 49.3, le dernier-né du site et équipé par nos soins !
Les réquisitionnés volontaires du jour étaient répartis en 2 groupes (distanciation oblige…), Bruno, Patrick, Colette, Jacques et Hervé au sentier…

Manu, Yves, Alain, Christophe, et Kevin et Béatrice nouveaux adhérents motivés, à l’aménagement du pied des voies !

Petite matinée efficace, comme d’habitude, en 2h30, avec croissants et café !
Petit bémol, un petit « malin » nous a piqué, 3 jours plus tard, les troncs non fixés encore des 1ères marches du sentier un écolo qui se chauffe au bois peut-être…
Et pour ceux qui tiqueraient devant un « aménagement » trop conséquent, sachez que ça évite d’y revenir 20 fois (nous aussi, on préfère grimper), et que ça limite justement l’érosion des terrains…