Disparition de Jean-Michel Cambon

Cette page est un livre d’or pour vous permettre d’exprimer votre témoignage suite à la tragique disparition de Jean-Michel Cambon.

Ajouter votre témoignage au livre d'or

 
 
 
 
 
Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Votre message apparaitra dans le livre d’or après modération.
60 messages.
Alex a écrit le 29 mars 2020 à 17 05 03 03033:
Cher Jean-Michel, tu nous auras toujours surpris dans tes découvertes de parois improbables, tes topos excellents et humoristiques, tes portraits acerbes et tendres en même temps de tes ami.e.s de galères ou de bonheurs en paroi, et maintenant tu pars comme un acteur qui ne veut pas mourir dans son lit, mais sur scène, avec comme seul public les oiseaux qui nichent dans "tes" parois. Tu es comme l'albatros de Baudelaire, qui préfère l'air rare au sol médiocre. Bravo pour tout ce que tu nous as transmis ! Signé un grimpeur triste
Jean-Marc Belle a écrit le 25 mars 2020 à 11 11 55 03553:
Merci pour ce beau parcours dans le milieu des Grimpeurs / Ouvreurs. Chaleureuse pensée à la famille et aux proches.
Guillaume a écrit le 25 mars 2020 à 1 01 44 03443:
J’ai simplement eu le plaisir de « traîner » Jean-Michel dans un fast food a l’occasion du salon de l’escalade. C’était pas son truc mais une bonne bière et une assiette de frites ont suffit pour passer un très agréable moment auprès d’un auteur majeur de l’escalade. Condoléances 🙁
Anne a écrit le 23 mars 2020 à 20 08 18 03183:
Cela faisait une quinzaine d’années que j’avais un peu l’impression de passer une partie de l’été avec Jean Michel Cambon : à parcourir ses voies du côté d’Ailefroide ou de la Bérarde, ou à lire ses amusants topos les jours de pluie. C’est donc avec tristesse que j’ai appris sa disparition. « Ils (nous) y passeront(s) tous » un jour, c’est vrai, mais pour lui, j’aurais voulu qu’il eût à jamais « la vie devant soi », tant il savait nous offrir « la part des anges ». Merci à toi et à ta grande famille de l'escalade en Oisans.
Sylvette a écrit le 23 mars 2020 à 10 10 05 03053:
Merci pour toutes les belles voies bien équipées et surtout bien côtées que j'ai pu parcourir , malgré mon âge avancé.
Jacky Bidault a écrit le 20 mars 2020 à 16 04 34 03343:
Adieu Jean-Mi. Michèle et moi n'arrivons toujours pas à imaginer juillet et août à Ailefroide sans ta présence. Les après-midi ou après avoir grimper avec Babeth ou Théo tu passais à notre caravane ou nous partagions une demi bière vite transformée en une bière. Tu t'amusais a faire râler Michèle en la menaçant de couper les branches de l'arbre qui nous faisait de l'ombre et de tailler des marches dans la bosse de notre terrain de camping… Les mois de septembre octobre novembre où nous nous retrouvions a 5h ou 6 heures du matin au Péage de Vizille, moi venant de la région lyonnaise, toi de St-Martin-d'Hères pour faire voiture commune ; arrêt chez Sonia et Fred au Lautaret pour prendre un café puis direction Aifefroide pour équiper une nouvelle voie. Que de souvenirs dans ma tête. Regrets de ne pas avoir fini, avec toi la voie 1,2,3 soleil que nous avions commencé en 2018, et pas terminée ensemble à cause d'un genou délicat. Tu n'aurais jamais du partir avant moi, mais nos cendres à Michèle et à moi finirons aussi à Ailefroide, ce coin que nous aimons tant depuis 40 ans. Nos pensées vont à Babeth et tous les enfants et petits enfants de Jean-Mi. Michèle, Jacky le 2° Lyonnais de l'ECI 38. PS : Le président du parc sera moins harcelé par tes demandes d'autorisation d'équipement. Heureusement que quelquefois nous nous en sommes passés.
Éric Fourest a écrit le 19 mars 2020 à 19 07 22 03223:
On se connaît pas mais j’ai souvent suivi ta voie et passé des heures à rêver et sourire en lisant tes topos. Ta disparition est une sacrée perte pour le monde des grimpeurs, mais tu laisse une belle vie bien remplie et une postérité chevillée à l’inox 316L
Bertoncini Jo et Agnès a écrit le 19 mars 2020 à 12 12 16 03163:
Ça parait toujours incroyable mais tu es parti Jean Mi. Pour nous tu étais avant tout un compagnon drôle et iconoclaste. Instit survitaminé de nos 3 enfants, ils en ont tous des souvenirs impérissables. Ton sourire et ton humour étaient ravageurs et on n'était jamais à l'abri de petites piques bien senties. Surtout moi qui pratiquait des sports glacés beaucoup trop dangereux selon toi et qui sortait en montagne avec beaucoup trop de Bertonchinettes (des filles quoi). A l'occasion d'un 31 qu'on avait passé à la maison tu avais même fait le compte des articles du blog avec bertonchinettes versus ceux avec Agnès. Pff j'avais dû me défendre pied à pied et surtout on s'était bien marré... Sans revenir sur ton œuvre alpine, tout a été dit, c'est quand même un peu grâce à tes voies d'escalade qu'on s'est mieux connu. La première fois qu'on s'est vu c'était à la Maye, j'étais avec Jacques, tu étais avec le Chaps et on avait quand même été vivement impressionné... Bon ça n'avait pas duré longtemps car tu n'avais pas ton pareil pour détendre l'atmosphère, sérieux dans tout ce que tu faisais mais pas triste surtout, c'est pour ça qu'on t’appréciait tant. Depuis de l'eau a coulé sous les ponts, on s'est vu par ici ou par là-bas dans la maison de Puy dans ton deuxième pays que tu aimais tant. On a même un peu grimpé ensemble un grand privilège. L'autre jour avec quelques amies on feuilletait tes topos, dans un tu citais "quand on meurt c'est pour toute la vie" ça c'est vrai et c'est bien dommage, "quand vous serez mort personne ne se souviendra de vous" ça pour toi ce n'est pas vrai. Même si tu planes maintenant dans un ailleurs où nous ne sommes pas, à travers tes écrits et tes voies sûr on se souviendra de toi longtemps.Tchao petit lutin joyeux maintenant il n'y aura plus personne pour nous nous titiller et tu vas sacrément nous manquer...
GHESQUIERS yann a écrit le 19 mars 2020 à 9 09 22 03223:
Quel dernier pied nez à l'actualité que de succomber à un virus autre que ce foutu covid. Toi, tu étais gravement atteint par le virus de l'équipement et ce sous une sous une forme des plus sévères ! Et même si dans tes créations le meilleur et le pire se cotoient, même si certains de tes points dont je me gaussais se mousquetonnent là ou broutent les chamois, force est de constater que tes voies plaisent et ravissent et raviront pour longtemps une foule de grimpeurs. A ce titre la commune de Pelvoux devrait t'ériger une statue à Ailefroide tu la mérites bien plus que Whymper ! Autre chose Jean-mi dont je te serais éternellement reconnaissant, tu visitais régulièrement "l'ami de trente ans" comme tu aimais à le nommer, Yves avec qui tu as du partager tant d'émotions à l'ouverture et qui pour des raisons de santé ne t'accompagnais plus sur les stats. Toi tu continuais à l'accompagner dans sa maladie, à consacrer un peu de ton temps pour lui : MERCI tu m'as enseigné ce qu'est vraiment l'amitié : "pour le meilleur et pour le pire". J'arrête d'écrire, car le plus hommage que je pourrais te rendre sera évidemment un perfo à la main !
VAUGOYEAU Damien a écrit le 19 mars 2020 à 9 09 03 03033:
Au revoir Jean Mi et merci ! Merci pour tout ce que tu as fait pour notre passion, Merci de nous avoir permis, petits grimpeurs que nous sommes d'aller là où jamais on aurait imaginé aller ! Merci de ta bienveillance, humour, convivialité que tu apportais à chaque AG de l'ECI ou tout le monde avait hâte de ton intervention en début d'AG ! Merci de nous avoir inspiré pour "oser" ouvrir des voies avec Stéphane Vallon. J'ai un petit regret aujourd'hui...lors d'une discussion tous les deux lors des manifs contre les retraites, tu m'avais promis d'aller faire un tour à la petite Corse car" il y avait maintenant des voies de plus de 3 longueurs :-)" Tu es parti avant, dans ta passion. Tu vas laisser un vide immense dans le monde de la montagne. J'ai une pensée émue pour ta famille, tes amis proches. Salut Jean Mi et là où tu es, tu dois bien équiper quelque chose... Damien
Serge a écrit le 18 mars 2020 à 23 11 23 03233:
Une pensée tout d'abord pour tous les tiens : continuer, après ça, c'est bien dur. À toi : adieu et merci !
Denis a écrit le 18 mars 2020 à 15 03 53 03533:
Pas grand chose à dire de plus que tous les messages précédents, un grand MERCI simplement, avec une pensée particulière pour toute ta famille. On fréquentera encore pendant des années les voies que tu as ouvertes, en pensant à l'instit poseur de spits ... et j'essaierai de ne plus râler sur la mise en page de tes topos les rendant parfois peu compréhensibles, ça fait aussi le charme de tes voies d'avoir à décoder le topo :).
Michel ETCHESSAHAR a écrit le 18 mars 2020 à 12 12 13 03133:
Ma première réaction, a été : eh merde ! Et j'en sort pas. C'est trop con, dur, difficile, incroyable, incongru. Tu nous fais encore un truc pas comme les autres, t'es chié ! J'ai mis du temps à sortir ce message. Mais, bon tu trouveras bien un moyen de faire tenir des goujons dans les nuages ? Un conseil, mets de l'inox : il paraît qu'ils ont pollués et faut que ça dure. On boira un bon coup quand ce con de virus nous aura foutu la paix. Je te salue, maître, avec tout le respect qui t'est du. J'espère qu'il n'y a pas trop de fôtes d'ortaugrafe...
Daniel Farge a écrit le 18 mars 2020 à 11 11 40 03403:
Je n'ai pas cru ou voulu croire la nouvelle quand je l'ai reçu. Pour moi, tu étais un monument que rien ne pouvait atteindre. Ton humour, tes humeurs vont manquer à tous. Même les montagnes vont se sentir orphelines. Toi, qui allait visiter les endroits les plus reculés, les plus sordides pour en faire jaillir des pépites. Merci pour tout ! Daniel
Jean Louis M et Anne (Soeur de Dominique Jugy) a écrit le 18 mars 2020 à 11 11 20 03203:
À un grimpeur, espiègle et fidèle à ceux qu'il a côtoyé : Merci pour toutes ces belles ouvertures de voies. Toutes nos pensées pour les proches.
Eric BONIN a écrit le 18 mars 2020 à 0 12 07 03073:
Un grand merci au père Cambon pour cette œuvre immense dédiée à la montagne heureuse, parfois exigeante, souvent bienveillante. J'ai bien de la peine à imaginer qu'il n'y aura plus de nouvelles histoires à lire dans ses topos, de voies nouvelles à parcourir ni de rencontre au pied de chantiers cyclopéens pour taper la discute. Mes pensées vont à ses proches qui, vu la générosité du bonhomme, doivent être dévastés.
Michel a écrit le 17 mars 2020 à 23 11 53 03533:
Emballé en te rencontrant à l'occasion de nettoyages, me rendant compte que la "légende" était la bienveillance même. Mes pensées à ta famille.
Hervé Galley a écrit le 17 mars 2020 à 14 02 04 03043:
"Petits hommes, grandes montagnes", mais c'est un géant de l'ouverture qui s'en est allé. Il a fait énormément pour la collectivité, et notre dette de grimpeurs est immense. Il était soucieux de "pérenniser" ses voies : puisse son souhait être exaucé dans les années qui viennent.
Marc Pejon a écrit le 17 mars 2020 à 12 12 55 03553:
Comme beaucoup d'autres je pense, j'aurais aimé que la grande famille des équipeurs et de l'escalade puisse se rassembler et te rendre un dernier hommage. Mais les circonstances actuelles, pour le moins inédites, nous en empêche. Ton énergie débordante et ta motivation pour offrir de si bons moments à de très nombreux grimpeurs ne resteront pas vaines, je pense que nous serons nombreux à essayer de maintenir tout cela en état. Il n'y aura pas de sacs trop lourds, de sentiers trop raides ou de soleil trop ardent. Plus aucuns séjours à Ailefroide ne sera pareil, comme j'aurais aimé t'y retrouver cet été pour pouvoir te montrer que l'entretien des "petites falaises" avançait bien. Tchao L'artiste ! Grosse pensée à ta famille et tes enfants.
Patrick a écrit le 16 mars 2020 à 23 11 56 03563:
Ou que tu sois, un immense merci pour tous les cadeaux que tu nous a laissés. Ta passion était rayonnante. Mes pensées vont à tes proches.
Bertrand a écrit le 16 mars 2020 à 22 10 51 03513:
Merci de toutes ces belles voies du Dauphiné qui nous permettent d’atteindre les sommets. Merci de tout ce travail accompli pour l'Escalade de chacun.
Denis a écrit le 16 mars 2020 à 19 07 53 03533:
Comme la plupart des grimpeurs fréquentant l'Oisans, les Cerces et la région… je lui dois des kilomètres de voies d'escalade et par là, des journées de bonheur et d'émotions partagées avec mes amis. Merci Jean-Mi pour ton œuvre créatrice monumentale.
Bernard a écrit le 16 mars 2020 à 19 07 03 03033:
Merci, merci de m'avoir permis de grimper dans de superbes voies sportives ! Merci pour toutes ces journées, d'hier et de demain remplies de plaisir et de contentement. Merci pour tout ces instants de satisfaction après avoir enfin clippé la dégaine salvatrice !
Laurent a écrit le 16 mars 2020 à 18 06 49 03493:
JM Cambon et l'Oisans indissociables. Un terrain de jeu immense ouvert a beaucoup par la volonté d'une poignée de grimpeurs lumineux dont JM. C'est de plus en plus difficile d'y aller, trop de fantômes...
Nicolas a écrit le 16 mars 2020 à 17 05 15 03153:
Quelle tristesse, quel choc. Jean-Michel a toujours accompagné ma vie de grimpeur, de part ses topos, ses ouvertures et tout ce qu'il a pu apporter au monde de la montagne autour de Grenoble. Que de voies parcourues, dans les écrins, les cerces et ailleurs. Que de plaisir à lire les topos, les anecdotes et les morceaux d'histoires qu'il contenait. Pour moi, Jean-Michel a d'abord été un mythe. Les fameuses "voies Cambon" et les "topos Cambon" dont on parlait souvent; le "style Cambon" symbole d'une nouvelle génération d'ouvreur. Je ne l'ai rencontré en vrai que récemment et j'ai pu apprécier sa bonne humeur et ses opinions tranchées. Un mythe s'en est allé. Merci pour tout ce que tu nous as apporté et courage à ceux qui restent.
Olivier Dutel a écrit le 16 mars 2020 à 17 05 12 03123:
Bonjour, Pour ne pas encombrer, je suis descendu finir une voie parfaite et facile, au Verdon, pour notre JMC .  Mais qu'allait-il aimer dans ses tas de pue ? Question impertinente qui n'a pas besoin de réponse, je crois que j'imagine comprendre un peu... Mes pensées seront pour lui, sa famille  et les camarades du CA de l'ECI.  "Une voie ça se signe" me rabachait-il souvent avec son ton professoral qui tantôt m'énervait,  tantôt me faisait sourire. Il avait un côté très tradi sous ses airs trotskars...le protocole exemplaire "à la baguette" de l'ouverture d'une voie, de la conception à la diffusion...une vision intéressante de l'activité. Il avait ainsi du mal parfois avec les "marginaux", j'en sais qque chose ! Je préfère "une voie ça se nomme", ça en dit plus parfois sur l'ouvreur...ou rien, de plus en plus...juste des spits énigmatiques sur le cailloux... J'ai toujours eu un faible pour les petits grands (ou les grands petits ?) donc mes bons respects l'ancien, je vais te faire ronronner le perfo !  Adieu, tu vas nous manquer.
Guy a écrit le 16 mars 2020 à 15 03 41 03413:
Adieu J-Michel (Ange) des montagnes, sculpteur de parois. Adieu l'artiste. Les aimés des dieux meurent jeunes selon l'adage. Bon voyage, il sera impossible de ne pas te rencontrer dès qu'on mettra un pied en montagne.
hiboux a écrit le 16 mars 2020 à 13 01 22 03223:
un immense respect pour lui ! Je ne le connais que par ces ouvrages et ces équipement des voies ! Dommage j'aurais bien aimer le connaitre, grosse pensée à toute sa famille !
fred Staropoli a écrit le 16 mars 2020 à 11 11 04 03043:
Cruelle destinée, j’avais hésité à t’appeler mercredi soir après avoir passé la journée à l’hôpital (une de plus) mais bon vu la météo annoncée jeudi …grand beau c’était sur que tu serais sur ta corde à Ponso. J’avais donc hésité à t’appeler car je montais voir Robert pour une visite de courtoisie de retraités de l’Education Nationale (un peu décrépit tu aurais dit). Et nous avons bu son excellent jus de chaussette à se dorer la pilule au soleil, sur sa terrasse, au pied des 3 pucelles à regarder l’hélico du PGHM faire un exercice de treuillage, sans penser au drame qui était en train de se jouer à Ponso .Si c’était à refaire… tu aurais peut-être gagné un jour mais qui c’est ? Et je ne peux pas finir sans te remercier pour ton soutien et tes coups de téléphone pour prendre de mes nouvelles, pour aller à l’essentiel, car pour toi finalement l’escalade ce n’était qu’un jeu.
Antoine a écrit le 16 mars 2020 à 10 10 29 03293:
Un immense merci de la part d'un grimpeur lambda... D'abord pour les topos, savoureux, qu'on lisait comme un livre... Ensuite pour les grandes voies faciles, comme à Ailefroide, qui permettaient de débuter sans se stresser... Ensuite pour les voies mythiques, qui permettaient de se tester, comme dans les Cerces... Ensuite pour les voies de "proximité" ouvertes grâce à des efforts titanesques, qui permettaient de grimper et d'aller chercher les enfants à 16h30... Un grand merci et une pensée pour les proches.