L’historique est en …marche !! non, ce n’est pas ça, quoique…  30 ans d’histoire !
Et un travail d’archives et  de rédaction remarquable de  Catherine Michoulier !

Les débuts 1985/1989
Grimper à Grenoble avant l’ECI :
Avant 1975, il y avait à Grenoble peu de falaises « écoles » * à se mettre sous la dent : La Carrière (blocs pa-tinés et exposés), Fontaine (quelques voies équipées par Georges Nominé, Vincent Girard et François Diaféria) et Le Pont de Claix (équipé par les militaires de Varces). La F.F.M. et le CAF étaient peu présents sur le terrain.
A partir de 1975/1980, de nouvelles écoles ont été développées grâce à des équipeurs « modernes » : Eric Loubié, Claude Vigier, Bruno Lambert, François Petiot, François Rolland… Ainsi naissent ou se développent St Egrève, Comboire, Lans en Vercors, Les Lames, Fontaine…Capture d’écran 2015-10-22 à 12.00.58
*source : ze topo « les hommes » par Claude Vigier p16
La falaise de Pont de Claix est interdite à titre définitif en 1985, suite à un accident survenu 5 ans plus tôt, puis à cause de risques d’éboulements. La carrière de Saint-Martin le Vinoux est à son tour in-terdite par les ciments Vicat, propriétaire des terrains, car des blocs menacent de basculer. Ce sont ainsi 2 « écoles d’escalade » historiques de Grenoble qui se voient fermées. Heureusement, de nouveaux sites apparaissent.
1985 : Naissance de l’ECI
En 1985, 4 équipeurs (Claude Vigier, Bruno Lambert, Jean Claude Salo-mon et Pascal Tanguy) motivés par le développement de l’escalade  » sportive  » nouvelle tendance FFE décident de créer un club : l’Escalade Club de l’Isère, rattaché à la commune de Saint-Égrève. Ce club a pour vocation première d’aider matériellement les équipeurs, mais il va aussi développer d’autres aspects de l’escalade moderne sous l’égide de la FFE : compétitions, reconnaissance de l’escalade en tant que sport (scolaires, compétition…).
L’ECI est officiellement fondé le 15/02/1985 par la signature de ses statuts, l’association « a pour but la pratique et la promotion de l’escalade » et paraît le 26/02/1985 au Journal Officiel. Le premier bureau est constitué par Claude Vigier, président; Jean-Claude Salomon, trésorier; Bruno Lambert, secrétaire et Pascal Tanguy, vice-président.
Ces grimpeurs actifs de l’ECI par-ticipent au développement de Saint-Égrève (Bruno Lambert, Eric Loubié dit « Cagaou », Hervé Delacour, Garibaldi et Claude Vigier), de Lans en Vercors (François Petiot, Claude Vigier), des Lames (Pascal Tanguy, Bruno Lambert, Henri-Luc Rillh, Philippe Pantigny, Dominique Duhaut, Yves Ghesquiers et Claude Vigier –toujours lui !) et Comboire (Rolland).Capture d’écran 2015-10-22 à 12.01.10
1985, c’est aussi l’année du manifeste des 19 (texte si-gné par 19 grimpeurs français renommés rejetant les compétitions d’escalade, le premier 8b (Wofgang Güllich : Punks in the gym-Arapiles-Australie) et le premier 8b français (Marc Le Menestrel : Les mains sales à Buoux).
En 1986 se déroule la 1ère compétition indoor à Vaulx en Velin.
1987 : premier Roc-Infos
Au printemps 1987, paraît le 1er Roc-Infos, rédigé par François Petiot et Claude Vigier.
En mai 1987, l’ECI organise sa première compétition d’escalade : les championnats Rhône-Alpes (FFE), au mois de juin, sur une petite SAE temporaire à Saint-Égrève, toujours à l’initiative de l’infatigable Claude Vigier. Celui-ci ira jusqu’à racoler des filles (si, si j’en étais !) sur les falaises de Saint-Égrève à la veille de l’évènement, pour pallier le manque de candidates locales – et de candidates tout court (6 au final).
Cette compétition sert aussi de sélection pour le 1er mondial d’escalade indoor au palais des sports de Grenoble sur un mur Pyramide de nouvelle génération, coorganisé par le CAF et l’ECI sous l’égide de la toute nouvelle FFME.
Toujours à cette époque, un vieux projet est remis au goût du jour à l’initiative de l’OMS de Grenoble par Henri Sigayret : le SEG (Stade d’Escalade de Grenoble). L’ECI et les clubs grenoblois sont consultés. Il s’agit d’équiper la falaise sous le parc Guy Pape (vers la Porte de France) et d’en faire un stade d’escalade avec abri, agrès d’entrainement et SAE… pour un budget dépassant le million de Francs. L’aménagement et l’équipement de la falaise se feraient sous la direction de Patrick Bérhault. Goulotte de glace et piste de ski à roulettes auraient même été envisagées ! (voir RI n°1). Le projet ne verra jamais le jour… à l’instar du tunnel routier sous la Bastille.
Un petit commentaire de Bruno Lambert au sujet du SEG : « Nous avons été (Claude et moi) sans doute pour beaucoup dans le renoncement à ce projet…Nous avions jugé celui ci très peu pertinent et consommateur de beaucoup d’argent public… Pourtant les hommes politiques de l’époque avaient bien compris que le développement de l’escalade sportive autour de Grenoble pouvait être un bon levier pour la ville et leur campagne électorale ! D’ailleurs Michel Destot fera de Grenoble une vitrine des sports de Montagne. »
1988 : A fond l’équipement !
L’ECI participe activement à la commission escalade du comité départemental FFME38.
Le Conseil Général de l’Isère verse pour la 1ère fois une subvention pour l’équipement des falaises.
Alain Rebreyend est nommé Conseiller Technique Départemental escalade à la DDJS de l’Isère.
Autant dire qu’une certaine dynamique est lancée pour l’équipement des sites grenoblois !
L’ECI organise pour la 2e fois le championnat Dauphiné Savoie à Saint-Égrève et  les jeunes grimpeurs du club commencent à cartonner : Yann Ghesquiers, François Legrand et Vincent Albrand sont des noms qui reviendront souvent au plus au niveau les années suivantes.
1989 : Pépinière de champions
Outre le rééquipement de Comboire, de Saint-Égrève et de Lans en Vercors, de nouveaux secteurs naissent à Espace Comboire, Fontaine.… et à La Bérarde.
En mars se déroule le 2e mondial d’escalade Indoor de Grenoble au palais des sports.
Les couleurs de l’ECI sont défendues par 10 compétiteurs (-trices) dont François Legrand, Yann Ghesquiers et Vincent Albrand qui ne font pas que de la figuration.


La suite au prochain épisode… patience !